Les Aventures d’Alice au pays des gens

« Transportai Une poignée de terre tous les jours et vous sentirez une montagne, » Confucius

Je suis le voisin d’Alice. Nous nous sommes rencontrés dans la rue séparant nos maisons. Et depuis plus d’une douzaine d’années, nous traversons ici.

Le travail d’Alice est fait d’argile, de voisinage et de gens. Il est également composé de gens du quartier qui façonnent l’argile dans les cours d’Alice. Et le quartier d’Alice peut être le monde où il diffuse son travail, sa technique et sa maîtrise et, fondamentalement, le développement personnel, réfléchi et créatif de la communauté à travers l’art, dans les cours transgénérationnels à l’Atelier d’Algés, dans la curatelle de Expositions qu’il présente avec ses élèves ou avec son travail personnel également centré sur des thèmes toujours actuels et globaux (condition des femmes, la littérature, la terre, le patrimoine), dans des conférences sur le patrimoine bleu portugais ou dans les activités de formation qui organise ou participe. Le monde d’Alice est le monde numérique réel qui mérite aujourd’hui toute l’attention parce que, contrairement à l’autre – qui isole, le rend dépendant et sédentaire – celui d’Alice favorise la rencontre, l’histoire, la communication, la concentration, la technique, le partage des connaissances, le silence , l’art d’être et de faire, l’art de se produire, l’art d’être capable d’être. Et tout cela avec les doigts, les mains, la boue et le temps.

Le travail d’Alice l’est aussi, politique, social, inclusif, communautaire et, en fin de compte et non des moindres, au contraire, artistique, interventionniste, affectif, vivant.

J’ai une immense admiration pour les gens qui sont à contre-courant, avec leur travail indépendant et entrepreneurial (ici, oui, il est logique cet adjectif qui a été utilisé abusivement dans le monde des affaires et technocrate). Avec humilité, j’ai accepté l’invitation d’Alice à écrire sur elle. Le travail réalisé par l’artiste Alice Diniz, céramiste, conservateur, formateur, Galerista, ami, mère, femme, compagnon, grand-mère, n’écrit pas, VOIR et SIT.

Merci pour l’inspiration.

Paula Cardoso (graphiste)

PS: J’ai eu le plaisir de présenter un projet de chaussettes avec Alice: une sardines en argile dans le concours du Festival de Lisbonne.

Leave a Reply

Your email address will not be published.